La vie des commissions


Emploi, Développement économique

Accélérateur de propositions

Bilan de mandature avec Emilie CANTRIN, présidente sortante de la commission

 

Comment avez-vous organisé votre présidence durant cette mandature ?
Pour moi, le rôle de la Présidente est de laisser la parole, d’être à l’écoute, de prendre en compte toutes les opinons. Notre fonction de facilitateur doit permettre d’arriver à un consensus. Cependant, mes convictions restent toujours fortes et je n’ai jamais le sentiment de devoir les abandonner. Je suis à la recherche constante d’un équilibre entre affirmation et acceptation. Ce n’est ni le dernier ni celui qui crie le plus fort qui a raison. Il faut maintenir un équilibre dans la prise de parole afin d’optimiser nos échanges. Les avis et rapports se construisent méthodiquement audition après audition, en confrontant nos questions, nos certitudes, nos envies, nos expériences, mais aussi en nous écoutant les uns les autres.

 

Comment définiriez-vous la commission Emploi Développement économique de demain ?
La prochaine mandature devrait être marquée par la nouvelle compétence en matière d’évaluation des politiques publiques. Il va falloir commencer par se mettre d’accord sur ce que doit être cette évaluation faite par la société civile. Nous ne pourrons pas nous contenter d’une évaluation exclusivement chiffrée économique et comptable. Il nous faudra intégrer la réponse aux besoins des populations, les impacts sociaux et environnementaux et faire appel aux témoignages de ceux qui ont mis en œuvre ou bénéficier de ces politiques pour mieux les comprendre et les évaluer. La commission est au cœur de cette question, les conseillers doivent continuer à se mobiliser, à mobiliser leurs réseaux pour amender les futures politiques publiques par leurs remarques et leurs propositions. Cette commission est chargée d’éclairer les décideurs régionaux, l’administration sur le développement économique par une vision transversale et prospective.

 

Quelles perspectives et ambitions pour le CESER de demain ?
Il faudrait améliorer les liens entre les commissions du CESER et celles du Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur. Les seuls contacts que j’ai pu avoir sont des auditions de Pierre Grand-Dufay, Président de la commission “Economie et Emploi” à la Région. C’est nécessaire mais insuffisant. Il ne s’agit pas de vouloir interférer dans le travail des élus mais de mieux se connaître et se comprendre. Il faudrait par exemple, des rencontres régulières, une possibilité de présenter les travaux en cours ou les avis du CESER à la commission du Conseil régional. Ainsi peut-être nos travaux seraient-ils mieux pris en compte par la Région.
D’autre part, il me semble nécessaire que le CESER   dispose d’un budget lui permettant de prendre en charge les frais de déplacement des personnes auditées. Aujourd’hui, nous n’osons pas faire appel à des personnalités hors région pour des auditions. Ce qui engendre une forme d’autocensure. Je crois aussi indispensable de créer un véritable “Smart CESER” avec des outils informatiques et numériques plus performants.  
De plus, les conseillers devraient accéder aux services de documentation de la Région et pouvoir être formés notamment dans les domaines de compétences des conseils régionaux. Une formation à la loi NOTRe a fait défaut lors de cette mandature.

 

Le CESER PACA

Institution de la République chargée d'éclairer les décideurs régionaux

Le CESER est une institution de la République présente dans chaque région de France. Il est chargé d'éclairer les décideurs régionaux, au premier rang desquels le Conseil régional, sur le développement d'une stratégie territoriale efficace par une vision...

Lire la suite
© 2018 Mentions légales | Réalisé par l'agence www.disperati.fr