La vie des commissions


Aménagement et développement des territoires et du massif, Foncier, Habitat et Logement

Un chantier permanent…

Bilan de mandature avec Pascal NICOLETTI, président sortant de la commission

 

En deux mots quel est le rôle d’un président de commission ?
Premièrement, il faut avoir une totale neutralité, mais laisser l’ensemble des représentants de chaque collège exprimer ses diverses sensibilités. Ce rôle “de teneur des débats” est garant du bon fonctionnement qui est une question essentielle. Le respect mutuel, adossé à la rigueur, permet d’avancer sans se perdre dans des errances et débats sans fin. Être Président de commission donne une réelle capacité de contrôle du débat :  en un mot ce ne sont pas ceux qui parlent le plus fort qui ont toujours raison.
Deuxièmement, étant personnellement intéressé par les sujets touchant à l’aménagement du territoire, de par ma formation et mon métier précédent, cela a été un réel plaisir que de traiter des sujets comme le SRADDET, les budgets liés à l’aménagement, le foncier régional… Etudier ces sujets en tant que Président permet d’avoir une remontée de l’ensemble des interlocuteurs externes ou internes très valorisante et enrichissante.
Le rôle d’un Président, pour moi, c’est de savoir créer une véritable émulation avec tous.

 

Comment s’anime la vie de la commission ?
La transformation des agglomérations en métropoles, (Nice, Marseille), suite à l’évolution législative, Loi MAPTAM, Loi NOTRe, a été un des points de départ de sujets de réflexion, tout comme notre participation au SRADDET en ses diverses phases : étude, consultation, restitution…
Pour une commission, il est utile de suivre les évolutions, et pas simplement sur les stratégies d’affectation budgétaire ou de dépense mais sur le fond. Le CESER doit vérifier l’avancement de projets au moyen d’indicateurs que pourrait fournir la Région ou d’autres intervenants. La notion de prospective, de suivi et d’évaluation doit prendre une place plus importante au CESER.

 

Comment les études peuvent-elle influencer, interagir avec la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur ?
Les études du CESER, qu’elles soient en saisine ou en auto-saisine, doivent avoir plus d’influence qu’elles n’en ont actuellement. Il serait intéressant que les études effectuées à la Région fassent l’objet d’une mise en parallèle au niveau du CESER et que les acteurs institutionnels et civils participent davantage à des échanges, même informels et qu’il y ait des points d’étapes permettant une co-construction et une meilleure réactivité entre la Région et le CESER. Une des vraies difficultés pour le CESER est le temps dont il dispose pour travailler sur des sujets complexes.
Par ailleurs, les membres et acteurs du CESER sont un échantillonnage de la société (associations, entreprises, syndicats…) très représentatif et leurs points de vue peuvent permettre d’élaborer des politiques régionales appropriées.

 

Quel CESER pour demain ?
Les élus régionaux devraient être davantage associés à la réalisation des études. Des études pour lesquelles je pense que la taille de la commission est souvent trop large. Il serait intéressant de trouver des moyens de fonctionnement en mini collèges ou en équipes réduites pour creuser certains sujets. Cela permettrait peut-être de garder plus de motivation sur des sujets plus lourds et d’intéresser le plus grand nombre. Bref, avoir une participation encore plus active des membres du CESER, des élus régionaux et de la société civile.

 

Le CESER PACA

Institution de la République chargée d'éclairer les décideurs régionaux

Le CESER est une institution de la République présente dans chaque région de France. Il est chargé d'éclairer les décideurs régionaux, au premier rang desquels le Conseil régional, sur le développement d'une stratégie territoriale efficace par une vision...

Lire la suite
© 2018 Mentions légales | Réalisé par l'agence www.disperati.fr