Les nouvelles études


Le Développement de l'Alternance et de l'Apprentissage dans le supérieur

Une politique d'apprentissage dans le supérieur pour l'insertion sociale et professionnelle mais aussi le développement économique de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Autour du thème de la professionnalisation des études supérieures, le CESER a choisi d’étudier celui du développement de l’alternance en général et de l’apprentissage en particulier, dans l’enseignement supérieur, comme méthode pédagogique et voie d’insertion professionnelle pour les personnes en formation.

 

L’organisation générale du dispositif d’apprentissage :
- un contrat de travail pour toute personne âgée de 15 à 26 ans (et plus sous conditions).
- une rémunération pour son bénéficiaire en pourcentage du SMIC.
- un objectif d’acquisition d’un diplôme de l’enseignement professionnel ou technologique ou d’un titre du RNCP.
- l’association de trois acteurs clefs : la personne en formation,
l’entreprise d’accueil (avec le maître d’apprentissage ou le tuteur en entreprise) et le centre de formation (le CFA) ou un organisme de formation (Université, Ecole…) affilié.
- deux grands types d’apprentissage sont à distinguer :
     • Celui conduisant à une première qualification,
     • Celui relevant d’une formation du supérieur :
            > Soit en filière courte (BTS, DUT),
            > Soit en fin de cursus universitaire long (licence et master pro),
            > Soit en école (d’ingénieur ou école supérieure de commerce…).

 

L'apprentissage en Provence-Alpes-Côte-d’Azur
En 2015, on comptait 27 578 jeunes en apprentissage en région ; 75% d’entre eux relevaient de niveaux V et IV. Avec une augmentation du nombre d’apprentis de niveaux I (+6,2%) et II (+23,5%), de 2014 à 2015, le CESER Paca constate combien l’apprentissage est devenu également attractif pour les étudiants du supérieur, alors même qu’ils sont moins exposés au risque de chômage.


L’apprentissage en région Provence-Alpes-Côte-d’Azur répond à un double enjeu
En s’adressant à des publics variés, l’apprentissage participe à la fois à l’insertion sociale et professionnelle de candidats, plus ou moins qualifiés,  mais aussi à la dynamisation du tissu productif de Provence-Alpes-Côte d’Azur, au développement de l’innovation au sein des PME et TPE du territoire, et ainsi, contribue à l’essor économique de la
région.
Le Plan Régional d’Apprentissage 2016/2017 de la Région fait état d’une volonté de trouver un juste équilibre dans l’offre de formations de niveaux I, II et III, et ceux des niveaux IV et V.

 

Quelle plus-value peut apporter le développement de l’alternance et de l’apprentissage dans le supérieur ?
Pour l’apprenant :
- Constituer une voie d’accès aux études supérieures et participer, dans certains cas, à une forme de promotion sociale (gratuité de la formation, perception d’un salaire pour l’apprenti, aides en matière de transport, d’hébergement, et/ou sous forme de fonds de solidarité des Conseils régionaux)
- Générer une connaissance réciproque du jeune et de l’entreprise (jeunes des quartiers prioritaires et nouvelles générations, pour l’entreprise, et acquisition des codes de l’entreprise et de ses savoirs-être, pour le jeune)
- Accéder à la pédagogie de l’alternance et faire valoir ses aptitudes tout autant que ses connaissances académiques (compétences moins «scolaires» valorisées).

 

Pour l’entreprise :
- Permettre le renouvellement des équipes de travail et se rapprocher des centres de formation (constitution d’un vivier de jeunes formés, peser sur la formation des jeunes…)
- L’apprentissage comme outil de management : conserver des savoir-faire et valoriser les seniors (par l'échange intergénérationnel et le tutorat).
- Introduire de l’innovation dans l’entreprise (actualiser les connaissances dans l’entreprise, se rapprocher des enseignants, de l’université, et des laboratoires de recherche).

 

Pour le territoire :
- Promouvoir la réussite dans les Universités (offre en adéquation avec les besoins des étudiants issus de bac pro qui seraient en difficulté, ou bien attractivité renouvelée pour les titulaires de baccalauréat général attirés par les BTS et IUT).
- Eviter la «fuite des cerveaux» et bénéficier d’un territoire  dynamique avec des entreprises qui se portent bien (ancrer les alternants du supérieur dans les entreprises du territoire).
- Apprentissage et GPEC/GTEC (organisation territoriale de l’emploi).

 

Pour le dispositif d’apprentissage et la société dans son ensemble :
- Changer l’image de l’apprentissage et avoir pour objectif la réussite de tous les jeunes.
- Les apprentis d’aujourd’hui seront les managers et/ou les chefs d’entreprises de demain (et futurs ambassadeurs de l’apprentissage).
- Reconsidérer la finalité de l’apprentissage (transmettre savoirs, savoir-être, savoir-faire en vue de la compétitivité des entreprises et de la création d’emplois).

 

Quelles limites au développement de l’apprentissage dans le supérieur ?
- Limites liées au rythme  soutenu de l’alternance et aux coûts générés pour le bénéficiaire (transport, logement …).
- Limites liées aux acteurs de l’apprentissage (entreprises peu impliquées, peu de valorisation pour les tuteurs pédagogiques et/ou les maîtres d’apprentissage…).
- Limites budgétaires (l’enveloppe de taxe à répartir entre CFA et écoles est quasi stable).
- Limites liées aux priorités de la politique régionale (arbitrages budgétaires différents d’un exécutif régional à un autre avec des positionnements plus ou moins en faveur du développement de l’apprentissage dans le supérieur).

 

L’apprentissage : entre objectifs d’insertion sociale et professionnelle et finalités de développement économique

Les freins liés à l’utilisation de l’apprentissage comme outil d’insertion sociale
En 2014, le taux brut de ruptures de contrats d’apprentissage sur le territoire était de 21% (taux net autour de 13%), dont plus de 50% concernaient les moins de 18 ans sur des niveaux V et IV. Le taux de rupture diminue avec l’augmentation du niveau de formation.
En tant qu’outils d’insertion sociale et professionnelle, des alternatives existent pour publics en difficultés qui sont plus adaptées et donc plus probantes, avec des actions innovantes comme celles des EREAS, des Ecoles de la deuxième chance, des services civiques ou des chantiers d’insertion…

 

L’apprentissage comme outil au service du développement économique, de l’innovation et de la création d’emplois
Cette perception de l’apprentissage lui rendra ses lettres de noblesse et bénéficiera au dispositif dans son ensemble, et à tous les publics, en générant une spirale vertueuse : une orientation plus ciblée, moins d’orientations par défaut, des parcours de réussite valorisés, une motivation retrouvée pour l’apprentissage… il reste néanmoins à lever encore un certain nombre de freins comme en matière de simplification du dispositif.

 

 

LES PROPOSITIONS DU CESER Paca

• Promouvoir le développement de l’alternance en général pour faciliter l’insertion professionnelle des jeunes (le contrat de professionnalisation,  les CIFRE, les VIE, les stages en cours d’étude…)
• Faire de l’apprentissage, notamment dans le supérieur, un vecteur de lien entre le monde de l’entreprise et le monde de l’enseignement
• Consacrer un budget en adéquation avec les ambitions affichées par la Région en matière d’apprentissage
• Renforcer l’offre de formations de niveau III, maillon manquant au niveau régional, pour faciliter les poursuites de parcours entre niveaux V et IV et niveaux II et I.
• Poursuivre la professionnalisation des conseillers en formation (CIO, SCUIO Missions Locales, Enseignants, Pôle Emploi, familles), et des acteurs de l’Orientation en général, et accompagner un meilleur ciblage du public candidat à l’apprentissage
• Renforcer l’implication des entreprises et des employeurs d’apprentis dans le dispositif  et dans ses instances décisionnelles, et influencer l’organisation de partenariats actifs en faveur de l’apprentissage (mise en réseau des acteurs, responsabilisation  des entreprises notamment de clusters et de pôles de compétitivité, conditionner certaines aides régionales à l’embauche d’apprentis, valoriser les maîtres d’apprentissage et les tuteurs pédagogiques, les seniors, s’impliquant dans la vie du dispositif…)
• Accentuer la communication en faveur de l’apprentissage et participer, au changement de regard sur  l’apprentissage et sur la formation professionnelle et technique en général
• Faire de l’apprentissage une voie de formation dynamique et cohérente (projets  pédagogiques innovants comme les campus des métiers et des qualifications, réactivité dans le renouvellement et la fermeture de sections, adaptation des programmes pédagogiques aux évolutions de l’environnement, mutualisation  des moyens et plateaux techniques des CFA, constitution de groupements d’employeurs, l’ERASMUS + de l’apprentissage…)
• Faire en sorte que l‘organisation interne régionale  et ses dispositifs soutiennent la voie de l’apprentissage (en faire une thématique Economie/Emploi et pas seulement de Formation pure, recrutement d’apprentis par la collectivité, aides aux apprentis, dispositifs incitatifs en faveur des entreprises pour l’embauche d’apprentis en CDI…)
• Identifier critères et indicateurs qui permettent de mesurer en quoi  l’apprentissage dans le supérieur est un gage de développement économique et d’innovation pour les TPE/PME du territoire

 

LES DIFFERENTS NIVEAUX DE FORMATION
Niv I :    Doctorats/Diplômes d’ingénieurs/Masters
Niv II :   Licence/Maîtrise

Niv III :  BTS/DUT, BAC +2
Niv IV :  BAC
Niv V :   CAP/BEP

 

LEXIQUE

BREA :   Banque Régionale de l’Emploi et de l’Apprentissage
CIFRE : Convention Industrielle de Formation par la REcherche
CIO : Centre d’Information et d ‘Orientation
CSA : Contribution Supplémentaire à l’Apprentissage
DIMA : Dispositif d'Initiation aux Métiers en Alternance
EREA : Etablissement Régional d’Enseignement Adapté
ETAPS : Espace Territorial d’Accès aux Premiers Savoirs
GPEC: Gestion Prévisionnelle de l’Emploi et des Compétences
GTEC : Gestion Territoriale des Emplois et des Compétences
OCTA : Organisme Collecteur de la Taxe d’Apprentissage
SCUIO : Service Commun Universitaire d’Orientation et d’Information
SPRO : Service Public Régional d’Orientation
UPA : Union Professionnelle Artisanale
VIE : Volontariat international en Entreprise

 

Le CESER PACA

Institution de la République chargée d'éclairer les décideurs régionaux

Le CESER est une institution de la République présente dans chaque région de France. Il est chargé d'éclairer les décideurs régionaux, au premier rang desquels le Conseil régional, sur le développement d'une stratégie territoriale efficace par une vision...

Lire la suite
© 2017 Mentions légales | Réalisé par l'agence www.disperati.fr